La plateforme américaine de diffusion en continu Netflix est un acteur de premier plan dans la mondialisation du contenu. En effet, Netflix investit dans la production de contenu original et acquiert des licences pour un grand nombre d’émissions et de films tant nationaux qu’internationaux tout en offrant diverses options de doublage et de sous-titrage pour son contenu multilingue. Ce faisant, elle a transformé les industries culturelles grâce à sa croissance mondiale et au développement de sa technologie de diffusion en continu, permettant ainsi aux créateurs d’atteindre un auditoire plus vaste dans le monde entier. Toutefois, malgré ses efforts, Netflix peut encore améliorer la traduction et la localisation de son contenu afin de refléter avec le plus de précision possible la culture et le message qui sous-tendent chaque production.

Toutefois, malgré ses efforts, Netflix peut encore améliorer la traduction et la localisation de son contenu afin de refléter avec le plus de précision possible la culture et le message qui sous-tendent chaque production.

Il y a quelques mois, une série de critiques s’est répandue sur les médias sociaux, citant la mauvaise traduction et le doublage déplorable de la populaire série Le jeu du calmar (Squid Game) de Netflix, produite en Corée du Sud. Les téléspectateurs ont fait valoir que des nuances importantes du dialogue original avaient été perdues lorsque traduites dans d’autres langues. En réponse, de nombreux professionnels ont défendu l’entreprise, affirmant qu’une traduction exacte est quasi impossible, car de nombreux mots ou concepts propres à la culture source sont très difficiles à traduire, surtout lorsqu’il est question du coréen. De plus, les langagiers ont besoin de compétences exceptionnelles, de délais prolongés et de nombreuses ressources pour fournir des traductions d’une grande exactitude.

Cette controverse a donc poussé Netflix et d’autres entreprises de diffusion en continu à accorder une attention particulière et un budget plus important à leur contenu afin d’offrir de meilleures traductions à leurs utilisateurs.

Qu’a fait Netflix pour permettre aux téléspectateurs anglophones d’avoir accès à du contenu international?

En plus d’accroître les investissements relatifs à la production et à l’achat de licences pour le contenu étranger ainsi que d’embaucher plus de langagiers et d’experts pour fournir des traductions, la plateforme de diffusion en continu cherche à innover en utilisant la traduction automatique pour faciliter le processus.

Lors d’un événement organisé par IMUG, en Californie, en 2019, Kathy Rokni, directrice de la mondialisation à Netflix, a mentionné que « notre désir de ravir nos membres dans leur langue tout en restant fidèles aux intentions créatives et en tenant compte des nuances culturelles est important pour assurer la qualité ».

Bien que tous ces efforts soient principalement déployés pour l’auditoire américain, qui représente 67 % des abonnés à Netflix selon Statista, les États-Unis sont un creuset de cultures diversifiées au sein desquelles de nombreux citoyens ne considèrent pas l’anglais comme leur langue maternelle.

Qu’en est-il des abonnés qui parlent d’autres langues ou qui vivent à l’extérieur des États-Unis?

Selon une étude récente de l’Entertainment Globalization Association (EGA), 61 % des 15 000 abonnés de Netflix sondés en Espagne, en Allemagne, en France et en Italie avaient rencontré des problèmes de sous-titrage ou de doublage de mauvaise qualité. En outre, 70 % d’entre eux ont, pour cette raison, cessé de regarder une émission ou un film au cours de la dernière année.

Dans bien des cas, Netflix a recours à la technique dite de la « langue pivot », c’est-à-dire l’utilisation d’un modèle anglais, pour traduire du contenu dans d’autres langues. Cette pratique consiste d’abord à traduire les sous-titres en anglais, puis à en traduire le résultat dans une autre langue. Cela signifie que les abonnés non anglophones de Netflix voient habituellement des sous-titres qui ont été filtrés par une couche de traduction en anglais.

Bien que l’utilisation d’une langue pivot puisse être plus efficace et réduire les coûts, dans de nombreux cas, ce processus a pour effet de détériorer la qualité de la traduction. En effet, beaucoup d’experts considèrent comme problématique le fait que l’anglais assure l’expression d’autres langues quand vient le temps d’offrir du contenu fidèle à la source.

Il devient primordial que des traductions de qualité soient offertes par des fournisseurs de services linguistiques dans le plus grand nombre de combinaisons linguistiques possible pour éviter de perdre la richesse d’une langue donnée.

Chez ITC, nous offrons plus de 80 combinaisons linguistiques et employons plus de 2 500 langagiers dans le monde.

 

 

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *